La réserve parlementaire en débat : de nouvelles consignes d’attribution

D’un montant de 56 millions d’euros en 2014, la dotation d’action parlementaire – c’est son nom exact – représente entre 100.000 et 150.000 euros par sénateur. Cependant, l’existence même de la réserve parlementaire est aujourd’hui en question.

Si elle permet d’aider financièrement les petites communes, confrontées à la baisse des dotations de l’Etat, ainsi que les associations, elle a souvent été mise à l’index comme une source de clientélisme.

Un certain nombre de sénateurs sont donc favorables à sa suppression. Dans ce contexte, le groupe des sénateurs socialistes dont je fais parti, a fait le choix de suivre la circulaire du Ministère de l’Intérieur, qui recommande de privilégier les collectivités territoriales plutôt que les associations.

C’est pour cette raison que ma dotation d’action parlementaire de cette année 2015 a été exclusivement consacrée aux communes de Guyane, en particulier les plus petites : Apatou, Grand-Santi, Maripasoula, Ouanary, Saint-Georges de l’Oyapock et Saül.

Au fial, les projets validés par le Ministère de l’Intérieur sont variés : modernisation de système informatique, travaux d’alimentation en eau potable d’un quartier, acquisition d’un véhicule utilitaire.

Laisser un commentaire

  • .alignleft { float:left !important; margin-right :15 px !important; } .alignright { float:right !important; margin-left:15 px !important; }