Bilan de la mandature 1992-2010

POUR UNE NOUVELLE GOUVERNANCE DU PAYS GUYANE

Dans la déclaration de politique générale prononcée le 2 avril 2004 lors de mon investiture, j’indiquais que les guyanaises et guyanais attendaient des élus une autre façon de faire de la politique, une autre gouvernance qui doit se traduire par :

– plus d’écoute concernant leurs préoccupations quotidiennes,

– plus de proximité pour développer des partenariats avec les groupes intermédiaires : associations, syndicats,

-plus d’audace pour combattre tout fatalisme, afin de tracer des perspectives pour les générations futures.

Une nouvelle gouvernance se traduit aussi par l’implication des élus régionaux, qui doivent respecter le mandat qui leur a été confié par le peuple, en donnant le meilleur d’eux-mêmes, en assistant aux commissions, en assumant, consciencieusement et avec la plus grande rigueur, la délégation qui leur a été confiée .

S’agissant des agents régionaux, qui m’ont accompagné tout au long de ces années, leur conscience professionnelle et leur engagement personnel témoignent de leur implication. Ils assurent la permanence et constituent la cheville ouvrière de l’action régionale. Les résultats obtenus sont d’abord les leurs.

Une nouvelle Gouvernance, c’est aussi :

-choisir dans l’intérêt général et du bien public,

-encourager pour permettre l’émergence de l’activité dans tous les domaines,

-construire pour améliorer le cadre de vie de nos concitoyens,

– prévoir pour amortir les chocs.

Gouverner la Région, c’est enfin revigorer les politiques relatives à :

– l’égalité des chances,

– la maîtrise de l’ensemble du territoire,

– la production.

Les actions, qui ont ainsi été réalisées par la Région Guyane, durant la mandature 2004-2010, ont été pensées, programmées et réalisées selon les moyens dont nous avons disposés.

Cette gouvernance a été le marqueur de mon action à la tête de la Région Guyane. Elle a permis tout au long de la mandature de déboucher sur des décisions politiques sur la base de large rassemblement le cas échéant, dans le cadre de diagnostics partagés et de concertations à l’échelle du territoire, sur des projets collectifs engageant la cohésion de la Guyane.

En effet, je me suis attaché à  faire en sorte que la collectivité consacre principalement ses ressources aux compétences qui sont les siennes : l’éducation avec la construction de 4 lycées sur cette mandature qui ont mobilisé  109 M€, la formation professionnelle des publics jeunes et adultesla Région Guyane a consacré 103 M€ avec le soutien du Fonds Social Européen, ou encore l’aménagement du territoire avec pour objectif le désenclavement de notre pays en construisant à l’ouest, la route Saint-Laurent /Apatou (68 M€).

L’intervention de la collectivité régionale s’est également traduite, au-delà de ses champs de compétences, dans des domaines où l’intérêt général l’imposait comme la politique de la ville avec les Projets urbains (12 M€) de Cayenne, Kourou, Matoury ou encore en matière d’environnement et de santé publique où elle a décidé d’accompagner les structures intercommunales en finançant le programme d’urgence d’eau potable et les  études de la future usine d’eau potable à Matiti de la CCCL (5 M€).

La Région Guyane a été aussi un partenaire privilégié dans l’action culturelle et sportive, l’action sanitaire et sociale et a accompagné régulièrement les jeunes, notamment l’association animation lycéenne (AAL) dans toutes les manifestations où s’expriment les talents de notre jeunesse.

La Région Guyane s’est aussi dotée de documents prospectifs quasiment pour tous ses domaines de compétences, préalables indispensables à la mise en œuvre de politiques publiques mesurées et rationnelles. Ces outils stratégiques ont servi de cadre à la mise en cohérence des actions régionales dans les secteurs considérés.

Citons notamment les schémas : le schéma d’aménagement régional (SAR), le schéma régional des transports (SRT), le schéma régional de développement économique (SRDE), le schéma régional de développement de l’enseignement supérieur et de la recherche (SRRES, le schéma directeur des technologies, de l’information et de la communication en Guyane). En cours le schéma régional du développement culturel (SRDC) , le schéma régional des formations sanitaires et sociales (SRFS) ou les plans : Plan régional de développement des formations professionnelles des jeunes et des adultes (PRDF), Plan régional d’élimination des déchets dangereux (PREDD), le Programme Régional d’Actions Innovatrices (PRAI).

Les actions déployées par la Région Guyane se sont donc inscrites dans un cadre stratégique global de développement.

J’ai tenu enfin à achever ma mandature en laissant une collectivité saine au plan financier avec une capacité d’autofinancement de l’ordre de 23 M€ pour 2009, en mesure d’investir pour le présent et l’avenir.

La Collectivité régionale, avec une administration rénovée, jeune, moderne et stable, un fonctionnement consolidé est devenue, à bien des égards, l’administration locale de référence. Elle est désormais en ordre de marche pour affronter les défis futurs au service des habitants de Guyane.

Laisser un commentaire

  • .alignleft { float:left !important; margin-right :15 px !important; } .alignright { float:right !important; margin-left:15 px !important; }