Mon soutien au projet de pêche hauturière du CRPMEM Guyane

Récemment, le Comité national des pêches a émis pour la deuxième fois un avis défavorable à la demande de pêche hauturière formulée par le comité régional des pêches de Guyane.

En réaction, j’ai adressé le 12 septembre dernier un courrier au Ministre de l’Agriculture, Didier GUILLAUME, pour défendre le projet du CRPMEM Guyane.

Quelques jours plus tard, au cours d’une réunion en Ministère, j’ai défendu aux côtés des autres parlementaires guyanais le dossier. Si je prends  bonne de note de l’opposition de la commission DOM du Comité national des pêches et des élevages marins, je considère qu’une solution doit impérativement être trouvée avec les Antillais de manière à permettre cette pêche exploratoire. Il est simplement impensable que les intérêts du marché antillais puissent entraver le développement de la filière pêche en Guyane.

Pour rappel, le 25 septembre dernier, c’est un navire de pêche de Trinité-et-Tobago transportant 1162 kg de thons jaunes pêchés illégalement qui a été intercepté dans les eaux guyanaises.

Courrier_M.GUILLAUME - pêche exploratoire du thon

 

 

Pêche Illégale : appliquer la réglementation européenne relative au 100 milles marins

J’ai interrogé la Ministre des Outre-mer sur la lutte contre la pêche illégale en Guyane.

Outre des précisions sur l’accord de coopération récemment signé avec le Surinam, j’ai demandé l’application d’un règlement européen qui permettrait dans la zone des 100 milles marins de limiter la pêche aux seuls bateaux autorisés, à savoir les navires guyanais et ceux bénéficiant d’un accord international comme les Vénézuéliens.

La Ministre a rappelé les moyens déployés en faveur de la lutte contre la pêche illégale et indiqué que le Ministre de l’Agriculture étudiait actuellement l’opportunité d’appliquer en Guyane le règlement européen des 100 milles.

J’insisterai donc à nouveau auprès du Ministre de l’agriculture, Stéphane TRAVERT, sur la nécessité d’appliquer ce règlement.