Débat sur la santé en Guyane : mes questions adressées au gouvernement

Ce jeudi 3 octobre, la situation sanitaire en Guyane a fait l’objet d’un débat sénatorial en séance publique. Un échange voulu par la commission des affaires sociales après nos interventions répétées lors du projet de loi santé examiné en juillet dernier au Sénat. 

Le gouvernement a ainsi répondu aux questions de l’ensemble des sénateurs et abordé plusieurs sujets parmi lesquels l’offre de soins, la coopération transfrontalière, les évacuations sanitaires, la collecte de sang,..etc.
A cette occasion, j’ai demandé des clarifications sur la stratégie du Centre Hospitalier de Territoire, créé en janvier dernier. Je l’ai également interrogé sur les perspectives de création d’un CHU en Guyane.

Limité par le cadre contraint du débat, j’ai remis au secrétaire d’Etat une copie du courrier adressé à la Ministre des Solidarité et de la Santé.
Pour conclure, j’ai pris bonne note des réponses du gouvernement concernant le CHU, évoquant notamment l’absence d’UFR de Médecine au sein de l’Université de Guyane et rappelant le principe d’autonomie des Universités. Je reste néanmoins déterminé à avancer sur ce dossier. Je me rapprocherai donc de l’Université de Guyane dans les prochaines semaines afin de consulter son Président et évaluer avec lui les possibilités d’évolution.

Trafic de drogue : « La Guyane ne peut plus être un territoire où tout est permis »

Lors de la séance de questions au gouvernement du 24 septembre 2019 au Sénat, j’ai interrogé le gouvernement sur la lutte contre le trafic de stupéfiants en Guyane alors que 8 kg de cocaïne ont été découverts il y a quelques jours sur la coque d’un cargo transportant des éléments de la fusée Ariane vers l’hexagone. Je le répète, ce trafic de drogue n’est pas une fatalité. Il est urgent d’agir plus efficacement pour endiguer ce fléau et ainsi protéger notre jeunesse. J’ai ainsi demandé à Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, de quelle manière le nouveau plan antidrogue permettra-t-il de mieux lutter contre les trafics de stupéfiants et quelles mesures seront prises pour sécuriser les voies maritimes entre la Guyane et l’hexagone.

 

Taxe foncière : Antoine Karam interpelle le ministre de l’Économie

Le sénateur Antoine Karam a écrit au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire afin de connaître l’état d’avancement du dossier sur la taxe foncière sur les propriétés non bâties. L’article  121  de la  loi de programmation  du 28 février  2017  relative  à l’égalité réelle  outre-mer  (EROM)  avait prévu une évaluation  cadastrale  – sous douze  mois – des  parcelles  exploitées,  concédées  ou  gérées  par  l’Office National  des  Forêts en Guyane, en vue d’une perception par les collectivités, dès 2018, de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB). Cependant,  près de deux ans après la promulgation  de la loi EROM,  il  semblerait que cette mesure fiscale reste inappliquée.

Représentation et visibilité de l’outre-mer dans l’audiovisuel public

Dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public, le Premier ministre et la ministre de la culture ont annoncé le 19 juillet la fin, d’ici à 2020, de la diffusion de la chaîne France Ô, dont la mission serait reprise par un nouveau portail numérique en ligne dédié aux outre-mer.

Dans ce contexte, la Délégation sénatoriale aux outre-mer a décidé de mener une étude sur la représentation et la visibilité des outre-mer dans l’audiovisuel public national et a désigné M. Maurice Antiste (Martinique) et Mme Jocelyne Guidez (Essonne) rapporteurs.

Dans ce cadre, nous menons actuellement plusieurs auditions sur le sujet.

 

 

Débat : « Après un an d’application, bilan et évaluation de Parcoursup »

Mercredi 16 janvier 2019, le Sénat débattait à la demande du Groupe Communiste sur le thème suivant : « Après un an d’application, bilan et évaluation de Parcoursup ».

Un an après avoir voté la loi qui acta la mise en place de cette plateforme, nous avons ainsi eu l’occasion de faire le point sur la rentrée 2018 et les améliorations d’ores et déjà prises en compte par la nouvelle version mise à disposition des futurs bacheliers.

Du Lycée Damas au Palais du Luxembourg !

Lundi 19 novembre, j’ai eu le plaisir de recevoir au Sénat une délégation d’étudiants en 1ère année de BTS Bâtiment en apprentissage du lycée Léon Gontran Damas.

Un devoir mais aussi un plaisir pour l’enseignant que je suis de les guider dans les couloirs du Palais du Luxembourg afin de les sensibiliser à la vie parlementaire et à l’engagement politique.

Profitant de la journée outre-mer organisée au Sénat dans le cadre du Congrès des Maires, cette visite fut également l’occasion de leur présenter plusieurs de leurs élus.

Il nous faut accompagner et valoriser cette jeunesse appelée à construire la Guyane de demain.

Débat sur la scolarisation des enfants en situation de handicap

Jeudi 25 octobre 2018, dans le cadre de l’ordre du jour réservé au groupe Union Centriste, le Sénat a débattu sur la scolarisation des enfants en situation de handicap.

Je suis intervenu au nom de mon groupe politique pour rendre compte de la situation outre-mer où la scolarisation des enfants en situation de handicap est encore plus préoccupante qu’ailleurs.

Si les chiffres sont en progrès, il nous faut aller plus loin pour améliorer qualitativement les conditions d’accueil et de prise en charge de ces enfants.

« Le service public d’éducation doit veiller à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction. Quels que soient les besoins particuliers de l’élève, c’est à l’école de s’assurer que l’environnement est adapté à sa scolarité. C’est un devoir de justice, d’équité et de solidarité. »

La volonté et les initiatives sont là, mais la situation reste encore imparfaite. Il faut donc s’attacher à faire vivre ce beau principe de l’école inclusive à travers une écoute attentive des familles, des associations et des syndicats afin que les élèves et les personnels trouvent les améliorations qu’ils attendent impatiemment.

Mon soutien à la proposition de loi visant à reconnaître les proches aidants

Jeudi 25 octobre, le Sénat examinait la proposition de loi de ma collègue Jocelyne GUIDEZ, visant à favoriser la reconnaissance des proches aidants : un enjeu social et sociétal majeur.

Depuis 9 ans, chaque 6 octobre est dédié aux personnes aidantes. Cette journée est l’occasion de reconnaître les millions d’anonymes qui accompagnent au quotidien un.e proche malade ou handicapé.e, et qui, par leur implication et leur engagement, sont les moteurs d’une société plus solidaire et plus humaine.

Lors de l’examen au Sénat, j’ai porté le badge du Collectif Je T’aide – Journée Nationale des Aidant·e·s afin de manifester mon soutien à ces personnes dévouées. J’ai voté favorablement ce texte qui vise à reconnaitre leur statut, à les épauler dans leur mission et leur apporter le soutien qui leur est dû.

Déplacement en Guyane de la Commission Culture, Education et Communication du Sénat

Apprécier les réalités de l’enseignement scolaire et de l’enseignement agricole

Fidèle à sa méthode de travail, la commission de la commission de la culture, de l’éducation et de la communication organise un certain nombre de déplacement de terrain. C’est donc en Guyane que j’ai eu le plaisir d’accueillir mes collègues, M. Jean-Claude CARLE (LR–Haute- Savoie), Président de la délégation et M. Laurent LAFON (UC – Val-de-Marne) du 15 au 21 avril.

L’objectif de ce déplacement était de permettre aux sénateurs d’apprécier la situation de l’enseignement scolaire et de l’enseignement agricole dans ce territoire qui se caractérise par une forte pression démographique, une immigration mal maîtrisée, une grande mobilité des populations scolarisées ainsi qu’une grande diversité linguistique et culturelle. Autant de caractéristiques qui ne sont pas sans incidence sur l’accueil des enfants en âge d’être scolarisés.

De Cayenne jusqu’à Maripasoula en passant par Kourou et Saint-Laurent-du-Maroni

Notre sénatoriale est allé à la rencontre de tous les acteurs de l’enseignement et des élus afin d’évoquer la question de l’éducation et des perspectives pour la jeunesse guyanaise.

En matière d’enseignement agricole : le lycée professionnel agricole de Matiti, le Centre de formation professionnelle et le Centre de formation d’apprentis agricoles ainsi que la Maison familiale rurale (MFR) de Mana ;

En matière d’enseignement scolaire : le Lycée Polyvalent Lama-Prevot à Rémire-Montjoly puis à Saint-Laurent-du-Maroni l’école élémentaire Paul Castaing et le lycée Bertène Juminer.

En matière d’enseignement supérieur : le campus de l’Université de Guyane, L’IUT de Kourou et l’EGC de Guyane.

Enfin, une journée spécifique a été consacrée à Maripasoula pour visiter l’école maternelle des Petits Maripas et l’Internat d’excellence de Maripasoula-Rémire.

Conclusions et recommandations

Ce travail donnera lieu à la rédaction d’un rapport dans lequel nous formulerons des recommandations d’ordre législatif ou réglementaire pour améliorer la situation de l’enseignement en Guyane.

 

Permis de chasser en Guyane : Gabriel Serville et Antoine Karam appellent à la mise en place d’un cadre de travail apaisé

Avec le Député Gabriel Serville, nous avons été reçus ce jeudi par les cabinets ministériels de Nicolas Hulot et d’Annick Girardin.

Nous avons relayé les doléances du comité de pilotage des chasseurs guyanais en insistant sur la nécessité de mettre en place un cadre de travail apaisé réunissant toutes les parties prenantes.

Il ne suffit pas d’entendre les inquiétudes des chasseurs, il faut les écouter.

Nous attendons un signal positif des services de l’Etat.

Retrouvez notre communiqué ci-dessous :

 

CP - GS et AK demandent un cadre de travail apaisé