Mon appel à Olivier Véran pour l’installation d’une unité médicale de campagne à Saint-Georges de l’Oyapock

Ce jeudi 14 mai, lors d’une audition de la Ministre des Outre-mer, Annick GIRARDIN, j’ai souhaité l’alerter sur l’impérieuse nécessité d’anticiper l’amplification attendue du foyer de contagion qui sévit actuellement dans la commune de Saint-Georges de l’Oyapock.

Le caractère transfrontalier de ce cluster et la grande porosité de notre frontière avec le Brésil commandent à mon sens une réflexion plus large qui pourrait trouver une réponse dans la mise en place d’une unité médicale de campagne comparable à celle déployée dans la région Grand Est.

A ce titre, J’ai demandé au Ministre de la Santé, Olivier Véran, d’apporter des réponses sur la situation sanitaire de Saint-Georges ainsi que sur l’opportunité d’y installer une unité médicale de campagne susceptible de répondre à la propagation attendue de l’épidémie.

Courrier_M. OLivier Veran - Situation à Saint-Georges de l'Oyapock

Pont sur l’Oyapock : une ouverture attendue mais des questions en suspend

Une ouverture attendue

La plus grande frontière française se traversera désormais par la route.

Le pont sur l’Oyapock qui relie la Guyane et le Brésil a été ouvert à la circulation, 6 ans après sa construction.

C’est avec émotion que je verrai les premiers véhicules emprunter ce passage puisqu’il y a 20 ans, João Alberto Rodrigues Capiberibe, alors Gouverneur de l’Amapa, et moi-même avions proposé cet édifice pour développer encore davantage la coopération entre nos territoires.

L’approbation de 2 accords France-Brésil

En 2016, le Parlement a adopté deux accords visant à accompagner l’ouverture du pont sur l’Oyapock – le premier en établissant un régime d’exemption fiscal pour les habitants des communes frontalières, le second en fixant les conditions de circulation à la frontière des professionnels du transport routier.

Rapporteur sur ces textes au Sénat, j’ai personnellement milité pour que cette ouverture soit possible tout en attirant l’attention de mes collègues sur certains points de vigilance.

Encore de nombreuses questions en suspend

Si cette ouverture marque une nouvelle ère pour la coopération France-Brésil, de nombreuses questions restent encore à régler. Les visas, les assurances ou encore le transport de marchandises sont autant de questions pour lesquelles des réponses équilibrées devront être trouvées avec nos homologues brésiliens. Pour cela, nous devrons de notre côté associer les syndicats de transporteurs à nos travaux.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de mon rapport sur les deux accords qui ont préparé l’ouverture du Pont sur l’Oyapock :

l15-5521