transition-energetique

La transition énergétique, un enjeu d’avenir pour la Guyan

  • Présentation conseil des Ministres30 juillet 2014 par Mme Ségolène Royal, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie
  • Adopté en première lecture par l'assemblée nationale14 octobre 2014
  • Adopté avec modification par le Sénat3 mars 2015
  • Procédure d'urgence engagé par le gouvernement5 septembre 2014
  • Saisi d’un recours par au moins soixante sénateurs23 juillet 2015
  • Le conseil constitutionnel censure 3 articles13 août 2015
  • Le texte définitif du projet de loi avait été adopté en lecture définitive par l’Assemblée nationale22 juillet 2015
  • Mon intervention en séance19 février 2015
  • Loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte17 août 2015
  • Loi publiée le18 août 2015

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte présentée par la Ministre Ségolène Royal et sur laquelle je suis intervenu en séance publique porte de belles ambitions non seulement pour les énergies renouvelables, mais aussi en faveur d’un nouveau modèle de développement.

« C’est le pays tout entier qui doit maintenant se saisir de cette loi et notamment les forces  vives : les collectivités, les entreprises et les  citoyens » Ségolène Royal le 18 août,  lors d’un appel à la « mobilisation générale ».

Concrètement, la loi propose d’installer un cadre à l’action conjointe des citoyens, des entreprises, des territoires et de l’État, en donnant des objectifs à moyen et long termes :

  • 40 % d’émissions de gaz à effet de serre  en 2030 par rapport à 1990
  • 30 % de consommation d’énergies fossiles en 2030 par rapport à 2012
  • Porter la part des énergies renouvelables  à 32 % de la consommation finale d’énergie en 2030 et à 40 % de la production d’électricité
  • Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à 2012
  • 50 % de déchets mis en décharge à l’horizon 2025
  • Diversifierla production d’électricité et baisser à 50 % la part du nucléaire à l’horizon 2025
  • Outre-mer : 50 % d’autonomie énergétique en 2020 et 100 % en 2030

En Guyane, la question de la transition énergétique représente, à plus d’un titre, un enjeu d’avenir tant pour le renforcement du réseau de production et de distribution d’électricité, que pour le recyclage des déchets, les transports ou encore l’emploi.

La nécessité de garantir  « l’accès à l’électricité pour tous »…

Au Sénat, j’ai profité du débat parlementaire pour insister sur les difficulté de bon nombre de nos concitoyens en matière d’accès à l’énergie. Nos discussions dans l’hémicycle ont permis de renforcer l’objectif de la loi visant à garantir l’accès à l’électricité à toutes les populations, jusque dans les communes les plus isolées.

« L’électricité est un bien commun. Mon amendement vise donc à garantir l’objectif de développement du réseau pour apporter l’électricité à toutes les populations sur l’ensemble des territoires de la République. Il s’agit de mettre fin à une inégalité territoriale criante. » Extrait de mon intervention en séance,  19 février 2015

Pour ce faire, le développement de la biomasse permettra de déployer des petites centrales de production électrique au plus près des habitations et des communes de l’intérieur. Il reviendra alors aux collectivités de permettre ces constructions en modifiantleur Plan Local d’Urbanisme quand elles en sont dotées.

… Tout en variant notre « mix énergétique »

Nous le savons, la Guyane reste dépendante aux hydrocarbures puisque les centrales thermiques représentent un tiers de notre production électrique. Et si l’énergie hydraulique, via le barrage de Petit-Saut notamment, permet d’assurer en moyenne deux tiers de la production d’électricité, les énergies renouvelables comme le solaire photovoltaïque et la biomasse restent marginales malgré un potentiel énergétique intéressant.

Aujourd’hui, le défiest donc de déployer les outils qui permettront de mettre en place la loi. La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) de la Guyane devra être ambitieuse et cohérente avec l’objectif d’atteindre l’autonomie énergétique à l’horizon 2030 et porter la part des énergies renouvelables à 50 % de la consommation finaled’énergie en Guyane en 2020. Elle devra enfi veiller scrupuleusement à ce que notre appareil productif reste en mesure de subvenir aux besoins énergétiques croissants de la population guyanaise et de ses entreprises.