Mouvement sociaux : mobilisé aux côtés des manifestants

La Guyane traverse une crise sociale de grande ampleur. Dans le rôle qui est le mien, je reste mobilisé aux côtés des manifestants, syndicats et collectifs, pour les accompagner dans les négociations.

Nous devons unir toutes nos forces pour donner plus d’échos encore aux injustices que nous dénonçons régulièrement.

 

Pont sur l’Oyapock : une ouverture attendue mais des questions en suspend

Une ouverture attendue

La plus grande frontière française se traversera désormais par la route.Le pont sur l’Oyapock qui relie la Guyane et le Brésil a été ouvert à la circulation, 6 ans après sa construction.

C’est avec émotion que je verrai les premiers véhicules emprunter ce passage puisqu’il y a 20 ans, João Alberto Rodrigues Capiberibe, alors Gouverneur de l’Amapa, et moi-même avions proposé cet édifice pour développer encore davantage la coopération entre nos territoires.

L’approbation de 2 accords France-Brésil

En 2016, le Parlement a adopté deux accords visant à accompagner l’ouverture du pont sur l’Oyapock – le premier en établissant un régime d’exemption fiscal pour les habitants des communes frontalières, le second en fixant les conditions de circulation à la frontière des professionnels du transport routier.

Rapporteur sur ces textes au Sénat, j’ai personnellement milité pour que cette ouverture soit possible tout en attirant l’attention de mes collègues sur certains points de vigilance.

Encore de nombreuses questions en suspend

Si cette ouverture marque une nouvelle ère pour la coopération France-Brésil, de nombreuses questions restent encore à régler. Les visas, les assurances ou encore le transport de marchandises sont autant de questions pour lesquelles des réponses équilibrées devront être trouvées avec nos homologues brésiliens. Pour cela, nous devrons de notre côté associer les syndicats de transporteurs à nos travaux.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de mon rapport sur les deux accords qui ont préparé l’ouverture du Pont sur l’Oyapock :

l15-5521

Rapporteur de l’étude sur le Foncier dans les Outre-Mer, sur les conflits d’usage et les outils de planification

photo réunion délégation sénatorialeCette semaine, la délégation sénatoriale aux outre-mer a lancé une étude sur le foncier dans les #outremer, en particulier sur les conflits d’usage et les outils de planification. Je suis rapporteur de la délégation pour ce travail avec mes collègues sénateurs Thani Mohamed Soilihi et Daniel Gremillet. Cette étude de la délégation sénatoriale Outre-Mer prévoit une série d’auditions dans les territoires, y compris en Guyane où, nous le savons, tous le foncier est un sujet primordial sur lequel nous devons parvenir à libérer des espaces au profit des guyanais. Ce jeudi 27 novembre 2016, nous avons auditionné M. Laurent Girometti, Directeur de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (Ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer et Ministère du logement et de l’habitat durable) et M. Alain Joly, Délégué ministériel aux outre-mer (Ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt), accompagné de Mme Agnès Desoindre, en charge de la préservation du foncier agricole, et de M. Olivier Boucly, en charge du dossiers SAFER. Nous consulterons ensuite les acteurs locaux pour confronter les positions de chacun et formuler des propositions efficaces.