Réaction au déplacement de Marine Le Pen en Guyane

Les quatre parlementaires guyanais s’offusquent de la venue en Guyane de la présidente du Front National, dont les discours racistes, xénophobes, sexistes et homophobes sont autant de poisons menaçant les équilibres sociaux et culturels que les Guyanais ont su construire au fil de l’Histoire.

Ils rappellent que malgré un discours d’apparence plus policé, le Front National n’est pas et ne sera jamais la réponse aux difficultés rencontrées par les Guyanais. Bien au contraire, il fragmente, divise et fissure profondément la société.

La politique de la peur, du rejet de l’autre et du repli sur soi ne doit pas prendre le pas sur les principes d’égalité, de liberté et de fraternité qui motivent notre action collective.

L’idéologie de ce parti politique n’a pas sa place en Guyane, dont les valeurs ont toujours été empreintes de tolérance, de solidarité, d’échange et de partage.

Ils ne supportent pas l’idée que cette candidate vienne, avec l’assentiment de certains responsables politiques guyanais, instrumentaliser les difficultés de notre territoire dans l’unique but de diviser et servir ses intérêts purement électoraux.

Les quatre parlementaires appellent ainsi tous les Guyanais à résister aux sirènes et chimères du populisme et à s’unir pour faire reculer ces idéologies dangereuses pour notre vivre ensemble.

Chantal BERTHELOT,  Députée

Gabriel SERVILLE, Député

Antoine KARAM, Sénateur

Georges PATIENT, Sénateur

Hommage à Paul VERGES

Mesdames, Messieurs,

C’est avec une profonde tristesse que j’ai appris le décès à l’âge de 91 ans de Paul VERGES, figure emblématique de la politique réunionnaise.

Je tiens à saluer la mémoire de ce grand militant, leader incontesté du Parti communiste réunionnais qu’il a fondé en 1959. Cet homme a consacré toute sa vie à l’engagement politique depuis sa première élection en 1955 comme conseiller général.

J’ai eu la chance de côtoyer Paul VERGES, d’abord comme Président de Région, puis au Sénat dont il était le doyen. Je garde le souvenir d’un visionnaire extraordinaire qui portait une grande ambition pour la société réunionnaise.

Tous deux autonomistes, nous partagions le goût de la lutte contre les inégalités et les injustices. Parmi ses combats, je me souviens plus particulièrement de son engagement précurseur pour la protection de la planète contre le réchauffement climatique. Il laisse d’ailleurs une empreinte majeure sur les discussions que partage actuellement le globe dans le cadre de la COP22 à Marrakech.

Jusqu’à son dernier souffle, Paul VERGES a continué à nous faire part de sa vision et influencer les débats politiques. La voix de ce tribun résonnera à jamais dans nos esprits.

J’adresse à sa famille et à ses proches mes condoléances les plus sincères.

Décès de Patrice CLET

Mesdames, Messieurs,

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris la mort de Patrice CLET, tué par balle au cours d’un cambriolage à son domicile ce mardi 8 novembre dans la soirée.

La Guyane perd un homme de grande valeur que j’ai d’abord accueilli le 13 décembre 2002 comme technicien stagiaire au sein de l’exécutif régional pour le côtoyer ensuite en tant que conseiller général du canton de Sinnamary. Secrétaire général adjoint du parti Walwari, il était un homme politique de conviction et de consensus, toujours engagé au service de la jeunesse et de ce territoire qu’il aimait tant.

Mes pensées les plus émues vont à ses proches, en particulier à sa femme et ses trois enfants.

A la tristesse se joignent l’inquiétude et la colère puisque ce crime vient douloureusement nous rappeler les heures sombres que connaît la Guyane depuis trop longtemps.

Le Ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE, et le Garde des Sceaux, Jean-Jacques URVOAS, recevront ce jour les parlementaires guyanais pour évoquer ce drame.

Nous exigeons que des réponses immédiates soient apportées par le gouvernement en soutien des mesures annoncées début octobre par le Ministre de l’Intérieur lors de sa visite.

Le rétablissement de la sécurité en Guyane est une priorité. L’Etat doit déployer les moyens nécessaires pour protéger les guyanais et éviter que de tels drames se reproduisent.