Débat : Faire des études de médecine un moyen d’action contre la désertification médicale

Un débat sur les perspectives pour les études de médecine

Ce jeudi 5 avril, à la demande du groupe Rassemblement Démocratique et Social Européen (RDSE), le Sénat a débattu sur le thème « Quelles perspectives pour les études de médecine ? »

J’ai profité de cette occasion pour interroger la Ministre des Solidarités et de la Santé sur la manière dont le gouvernement entend lutter par les études de médecine contre la désertification médicale outre-mer et en Guyane en particulier.

Faire des études de médecine un moyen d’action contre la désertification médicale en Guyane

Aujourd’hui, seule la première année de médecine est dispensée au sein de l’Université de Guyane pour un numerus clausus extrêmement restreint.  des efforts sont faits pour améliorer l’attractivité de la Guyane pour les médecins, je favorable à ce que nous développions nos structures hospitalières et universitaires de manière à former davantage de professionnels de santé voués à exercer sur notre territoire.

Ci-dessous ma question à Agnès BUZYN, Ministre des Solidarités et de la Santé

Adoption d’une proposition de loi sur la tarification sociale de l’eau

Mercredi 4 avril, le Sénat a adopté une proposition de loi visant à proroger l’expérimentation sur la tarification sociale de l’eau.

4 collectivités guyanaises engagées

Pour rappel, 4 collectivités guyanaises se sont engagées (CACL, Grand-Santi, Maripasoula et Saint-Georges de l’Oyapock) dans cette expérimentation votée en 2013.

J’ai rappelé le défi que représente l’accès à l’eau potable dans nos outre-mer en général et en Guyane en particulier où 15% de nos concitoyens n’y ont pas accès.

Disposer du recul nécessaire pour mieux évaluer les outils pertinents

S’il était prématuré pour tirer les enseignements de ce dispositif, il était important de le prolonger afin d’avoir le recul suffisant pour l’évaluer et envisager le cas échéant la généralisation de certains outils.

Cette adoption permettra ainsi  aux collectivités engagées dans l’expérimentation d’aller au bout de leur réflexion.

Ecole maternelle en Guyane : de la nécessité de préparer dès maintenant les prochaines rentrées scolaires

La situation dramatique rencontrée par la municipalité de Saint-Laurent-du-Maroni et la perspective de l’abaissement à 3 ans de l’instruction obligatoire doivent nous interroger sur la stratégie à mettre en place pour anticiper sérieusement les prochaines rentrées scolaires.

Les réformes, aussi positives soient-elles supposent d’avoir les moyens matériels et humains suffisants pour les mettre en place efficacement.

S’agissant de l’école maternelle, près de 15 000 enfants seraient attendus pour la rentrée scolaire 2018 en Guyane, contre 14 749 en 2017.

J’appelle donc l’attention de Jean-Michel BLANQUER sur la nécessité de préparer collectivement la prochaine rentrée scolaire en anticipant dès maintenant les besoins aussi bien sur le plan des infrastructures que des moyens humains.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité du courrier adressé au Ministre :

Courrier_M. BLANQUER - Ecole maternelle et situation à SLM

Pêche Illégale : appliquer la réglementation européenne relative au 100 milles marins

J’ai interrogé la Ministre des Outre-mer sur la lutte contre la pêche illégale en Guyane.

Outre des précisions sur l’accord de coopération récemment signé avec le Surinam, j’ai demandé l’application d’un règlement européen qui permettrait dans la zone des 100 milles marins de limiter la pêche aux seuls bateaux autorisés, à savoir les navires guyanais et ceux bénéficiant d’un accord international comme les Vénézuéliens.

La Ministre a rappelé les moyens déployés en faveur de la lutte contre la pêche illégale et indiqué que le Ministre de l’Agriculture étudiait actuellement l’opportunité d’appliquer en Guyane le règlement européen des 100 milles.

J’insisterai donc à nouveau auprès du Ministre de l’agriculture, Stéphane TRAVERT, sur la nécessité d’appliquer ce règlement.

Permis de chasser en Guyane : Gabriel Serville et Antoine Karam appellent à la mise en place d’un cadre de travail apaisé

Avec le Député Gabriel Serville, nous avons été reçus ce jeudi par les cabinets ministériels de Nicolas Hulot et d’Annick Girardin.

Nous avons relayé les doléances du comité de pilotage des chasseurs guyanais en insistant sur la nécessité de mettre en place un cadre de travail apaisé réunissant toutes les parties prenantes.

Il ne suffit pas d’entendre les inquiétudes des chasseurs, il faut les écouter.

Nous attendons un signal positif des services de l’Etat.

Retrouvez notre communiqué ci-dessous :

 

CP - GS et AK demandent un cadre de travail apaisé

Brevet IRD : garantir de justes retombées pour la Guyane et les populations autochtones

 

Suite à la validation par l’Office Européen des brevets (OEB) du brevet de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) portant sur la molécule antipaludique Simalikalactone E (ou « SkE« ) issue du couachi, retrouvez ma réaction dans le communiqué ci-dessous.

CP - Réaction Validation du brevet IRD

Ma question au gouvernement sur la fin des zones blanches dans les outre-mer

Suite à l’accord relatif à la fin des zones blanches n’incluant pas les outre-mer, j’ai interrogé le gouvernement sur la stratégie numérique qu’il entend déployer dans nos territoires pour renforcer les obligations des opérateurs et mettre fin aux zones blanches.

Les mots ont un sens, et lorsque l’ARCEP se prévaut d’un accord historique pour tous les Français, nos concitoyens ultramarins sont en droit de s’interroger.

Le Ministre de la Cohésion des territoires, Jacques MEZARD, s’est engagé à arriver à une couverture généralisée en téléphonie mobile sur nos territoires, dans les mêmes délais que pour l’hexagone.

Par ailleurs, le site www.monreseaumobile.fr devra intégrer dès juillet 2018 les données outre-mer pour permettre à nos concitoyens de consulter la couverture mobile dans leur commune.

Le Sénat vote pour le renforcement du contrôle des écoles hors contrat

Mercredi 21 février, le Sénat a adopté la proposition de loi de la Sénatrice Françoise GATEL visant à simplifier et à renforcer l’encadrement des écoles privées hors contrat.

Parmi les 12 millions d’élèves scolarisés en France, quelque 65 000 sont inscrits dans des écoles hors contrat. Alors que ces établissements ont connu un certain engouement ces dernières années, les polémiques sur les dérives et les lacunes des enseignements qui pourraient y être inculqués ont alerté les parlementaires.

Aujourd’hui un droit datant de plus d’un siècle encadre l’ouverture de ces établissement. C’est pourquoi il était important d’agir.

Chef de file pour mon groupe politique, j’ai apporté mon soutien à ce texte en séance de manière à protéger nos enfants tout en garantissant un droit fondamental, celui de la liberté d’enseignement.

Adoption du projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants

Jeudi 15 février 2018, le Sénat a adopté définitivement le projet de loi relatif à l’orientation et à la réussite des étudiants.

Intervention en discussion générale – 7 février 2018

Je me félicite de cette adoption qui apporte une réponse aux 800 000 jeunes qui préparent actuellement, outre-mer comme dans l’hexagone, leur entrée dans l’enseignement supérieur.

Il était indispensable de mettre fin à l’injustice du tirage au sort au profit d’un dispositif juste et efficace. Ce projet de loi a l’ambition d’accompagner tous les jeunes, dans leur diversité, vers la réussite.

Je suis convaincu qu’il permettra aux acteurs de terrain de mieux guider les étudiants et d’améliorer leur conditions de vie et d’études.

Intervention sur les conclusions de la commission mixte paritaire – 15 février 2018