Au chevet du monde associatif

Ce mercredi matin, j’ai présenté en commission la proposition de loi en faveur de l’engagement associatif dont je suis le rapporteur. Ce texte vise à encourager la prise de responsabilité associative et une prise en considération de la réalité du monde associatif. Nous savons tous que les associations peinent à renouveler leurs dirigeants bénévoles. Et pour cause, aujourd’hui exercer à titre bénévole des responsabilités dans une association s’accompagne souvent de sacrifices considérables en matière professionnelle et familiale. Cela exige des compétences de tous ordres, notamment en matière de droit et de gestion. Les actes faits au nom de l’association engagent la responsabilité du dirigeant. Voté par l’Assemblée nationale il y a quelques mois, ce texte sera examiné le 6 mars au Sénat. 

Représentation et visibilité de l’outre-mer dans l’audiovisuel public

Dans le cadre de la réforme de l’audiovisuel public, le Premier ministre et la ministre de la culture ont annoncé le 19 juillet la fin, d’ici à 2020, de la diffusion de la chaîne France Ô, dont la mission serait reprise par un nouveau portail numérique en ligne dédié aux outre-mer.

Dans ce contexte, la Délégation sénatoriale aux outre-mer a décidé de mener une étude sur la représentation et la visibilité des outre-mer dans l’audiovisuel public national et a désigné M. Maurice Antiste (Martinique) et Mme Jocelyne Guidez (Essonne) rapporteurs.

Dans ce cadre, nous menons actuellement plusieurs auditions sur le sujet.

 

 

Décoration de Sylviane CEDIA

Sylviane CEDIA, décorée de la Légion d’honneur au Sénat 

C’est avec une immense joie que j’ai remis, le 19 janvier 2018, les insignes de Chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur, à Sylviane Cédia, chanteuse, auteur, compositeur, interprète, guitariste et ambassadrice de la musique Guyanaise.

Une reconnaissance amplement méritée, en témoignage de sa grande carrière et son engagement exemplaire au service des autres. Toutes mes félicitations à elle.

27459290_10156306213579497_3167042490470062842_n 27336489_10156306213374497_5961045755391367217_n

 

Mon opposition aux grilles installées sur l’hôtel de préfecture de Cayenne

Début août, des grilles ont été installées afin de fermer l’accès au préau de l’hôtel de préfecture de Cayenne.

Posées pour des raisons de sécurité, ces grilles dénaturent complètement la beauté et l’histoire chargée de ce monument incontournable, inscrit au patrimoine par arrêté du 17 août 1978.

C’est pourquoi, j’ai adressé un courrier au Service régional de l’architecture et des monuments historiques afin de solliciter son expertise technique et l’interroger sur la justification d’une telle installation sur ce bâtiment administratif inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Courrier_M. LEMARIE - Hôtel de la Préfecture

Courrier à Laura FLESSEL, Ministre des Sports, concernant le statut de la sélection de football de la Guyane

Lors de sa participation à la Gold Cup, la sélection de football de la Guyane a été sanctionnée injustement pour avoir aligné Florent MALOUDA.
Au delà du débat juridique, j’ai souhaité interpeler la Ministre des Sports, Laura FLESSEL, sur la nécessité d’élaborer un statut adapté à l’équipe de Guyane mais également à toutes les formations régionales ultramarines désireuses de participer aux compétitions de leur zone géographique dans les meilleurs conditions.

Retrouvez-ci dessous l’intégralité de ce courrier :

Courrier_Mme FLESSEL - Statut de la séléction régionale Guyane

Soutenir le devoir collectif de mémoire


 
L’initiative d’éditer un livret – le marronnage ou la résistance à l'esclavage – s’inscrit dans ma volonté de soutenir le devoir collectif de mémoire, réactivé depuis la loi mémorielle du 21 mai 2001 (loi Taubira) qui reconnaît la traite négrière et l’esclavage comme crime contre l’humanité. J'ai souhaité inscrire cette reconnaissance dans l’espace en érigeant une statue des Marrons de la Liberté sur le territoire de la commune de Rémire Montjoly. (suite…)

L’enracinement de la Collectivité régionale dans le développement du cyclisme

C’est un évènement majeur qui a clairement gagné sa place dans le calendrier sportif de l’année. En 20 ans, le Tour a changé de physionomie. Au gré des changements de notre société. Il a gagné en ampleur et en qualité. D’abord circonscrit au littoral, le Tour s’est progressivement invité dans toutes les communes de Guyane accessibles par la route. Saint-Georges de l’Oyapock est sa dernière conquête. Le Tour emprunte depuis quelques années la longue portion de route réalisé par la Région à partir de Régina. Les coureurs invités, les cyclistes et le public guyanais en ont fait le lieu d’un spectacle exaltant où les prises de performance et le suspens sont à chaque fois la règle. Avec la mise en service prochaine de la route du fleuve voulue par la Région entre Saint-Laurent du Maroni et Apatou, permettra l’ouverture du Tour vers l’ouest guyanais et promet de rehausser encore plus l’intensité pour cette grande compétition.

Si l’édition 2009 marque les 20 ans du Tour, elle a également pour nous une valeur particulière puisque pour la 10ème année consécutive la Région sponsorise le maillot jaune de leader. Cette nouvelle édition consacre ainsi l’enracinement de la Collectivité dans le développement du cyclisme dans notre pays et consolide notre partenariat avec le comité de cyclisme de la Guyane pour les dix prochaines années à venir par la signature d’une nouvelle convention. A bien en juger, ce partenariat fort et renouvelé restera dans l’histoire du Tour le vecteur qui a permis de le faire passer pratiquement du domaine privé au domaine public. Aujourd’hui, le Tour est une manifestation populaire qui fait partie du patrimoine collectif de la Guyane.

Rendez-vous sportif incontournable qui a su s’adapter aux changements de notre temps, le tour est un bon indice du développement que notre société a engrangé ces dernières années. On est loin des moyens rudimentaires des premiers moments. Les vieilles chambres à air ont été remplacées par des boyaux et des roues anticulaires. Les vélos forgés en acier ont laissé la place à des matériaux plus légers comme la fibre de carbone. Les casques conçus simplement pour protéger se sont de la même façon transformés en casques profilés. L’intérêt n’étant plus seulement de participer mais de gagner. Les oreillettes et l’informatique se sont immiscées dans la course. Basées sur le même modèle, les techniques de course se sont elles-mêmes perfectionnées. Le Tour de Guyane a vécu. Il est bien le miroir d’une société qui s’applique à maîtriser et à tirer partie des mutations et du progrès des temps modernes par le financement par la Région Guyane de la photo finish en 2008.

Je suis certain que cette 20ème édition sera riche en performance et que les supporters sauront apprécier à leur juste valeur les efforts de l’ensemble des cyclistes, des bénévoles. Bon tour à tous.
Vive le cyclisme. Vive la Guyane.